GTA:SA jeu multijoueur. Adresse IP du serveur: server.cmlv-rp.com:2600

Bonheur & Espoirs superficiels | Temperance Polanski.

Aller en bas

Bonheur & Espoirs superficiels | Temperance Polanski.

Message par Micheal_Clinford le Ven 29 Juil - 20:24



Prologue - Informations générale

____________________________________

I - Date de naissance: 11/09/1984.
II - Lieu de naissance: Varsovie, PL.
III - Relation marital: Veuve d'Aleksy Szuyski.
IV - Enfant(s): 1 (décédé en 2014)
V - Age: 32.
VI - Langue(s): Anglais, Polonais, Allemand.
VII - Diplôme acquis: Diplôme "High School Diplôma" - Diplôme "Lawyer Diplôma" - Diplôme "Certificate of first aid"
VIII - Emploi(s) fait: Avocate (2 ans, en Pologne) & Policière (2014, Sergent en Californie, USA)
IX - Religion: Athée.
X - Activité(s) pratiqué(s): Basketball.
___________________________________

   LIEU DE VIE: 1365 Main street, Temple.
Los Santos, San Andreas.

___________________________________

Description (physique/personnalité) de Temperance.:


*Je tiens à préciser que mon personnage ressemble simplement à Sandra Bullock, simplement quelques traits de son visage.

DESCRIPTION PHYSIQUE:

__________________________________

Couleur des cheveux: Châtain foncé.
Type de cheveux: Mi-long.
Couleur des yeux: Yeux violet (mutation génétique, genèse d'Alexandria)
Taille: 165 cm.
Poids: 58kg.
Silhouette: Fine. (hanches développée)
Corpulence: Normale.
Couleur de la peau: Légèrement bronzée.
Pointure: 37.
Tour de poitrine: 95B.
Traits du visage: Pommettes.
Forme des yeux: Yeux en amende.
Forme des lèvres: Forme d'ellipse.
Forme du nez: Petit nez.
Cicatrice(s): Légère cicatrice au dessus (milieu) de la poitrine.


________________________________

DESCRIPTION MENTALE:

________________________________

Qualité(s): Patiente, libre d'esprit, franche, combative.
Défaut(s): Asociale, blessante, hésitante, lunatique.
Orientation sexuelle: Hétérosexuelle.
Statut matrimonial: Veuve.
Religion: Athée.
Accent: Polonais.
Autre(s): Végétarienne, gauchère.


________________________________

DESCRIPTION DE LA PERSONNALITÉ:

_______________________________

Caractère: Temperance est d'une nature peu bavarde, assez discrète sur les évènements de son passé. C'est une femme qui s'attarde (régulièrement) sur les détails, elle aime analyser les gens qu'elle rencontre (même si c'est juste croiser), ne porte que très rarement des jugements sur des personnes. Temperance à une très grande imagination, elle apprécie créer des personnalités à des personne qu'elle croise.

Principe(s): - L'alcool est aussi utile que de se tirer une balle.
- Se suicider s'est être lâche.
- Frapper est un défouloir.

Passe-temps: - Jouer du piano.
- Fumer des cigarettes.
- Marcher dans la ville.

Apparence: Temperance à un style vestimentaire assez chic, pour la plupart du temps elle opte pour des robes moulante avec un long manteau beige par dessus avec des escarpins, plus rarement elle porte des jeans slim (ou boyfriends) à talons. Elle se munit très souvent d'un sac à main petit blanc/noir. Ses cheveux sont toujours lâchés quand elle ne travaille pas, occasionnellement bouclés.



Le titre sera écrit d'une manière assez propre, le premier chapitre est écrit d'une manière assez journalière. On peut voir avant les premières lignes un titre d'écrit assez grossièrement.

Chapter I: Première épreuve d'une longue vie.

Espoirs misérable que chaque être humain peut avoir.

Mon nom est Temperance (April) Wilska, j'ai pris vie un 11 Septembre 1984 à l'humble hôpital polonais "Saint Popieluszko" aux alentours de 08:34. Je suis fille d'une mère allemande Lucia (Anna-marie) Franz et d'un père polonais Aleksander Wilska. La situation familiale où je vivais n'était pas à plaindre, n'étant pas une famille noble ni pauvre, on se trouvait au juste milieu.

A ce jour d'aujourd'hui, nous sommes le 11 Septembre 2001, le jour où la vie des New-Yorkais à basculée, le jour où les deux tours jumelles de New-York se sont effondrées après qu'un avion ait percuté ces dernières, je me sentais mal à l'aise de fêter mon anniversaire dans la joie, alors que plus(+) de cents personnes ont perdus la vie, avoir ma majorité n'aurait pas du être un regret d'être née la même date que ce jour dévastateur pour les New-Yorkais.

Quelques jours après ce drame, j'eut enfin finit ma scolarité, je fêta donc en toute joie ma réussite scolaire, mais je savais pas que cette soirée là, allez me changer complétement, nous nous rendions au restaurant avec mon père pour rejoindre le reste de mes proches ainsi que des amis de famille, on attendait patiemment notre mère cependant on entendit à la radio un message:

« Bonsoir citoyens de Varsovie, en cette soirée du 15 Septembre 2001, la Juge renommée, Julia Franz vient soudainement de se faire enlevé sous les yeux de deux jeunes impuissant, la description du véhicule du ravisseur serait une camionnette de la marque Volkswagen. Aux proches de la victime contacté la police pour une description de Madame Franz: 987. Bonne soirée à vous, n'hésitez pas à contacter la police pour donner des informations. »

Je me souviens encore de ce verre remplit qui se brise en mille morceaux à mes pieds sous le coup du choc et mes cries d'horreur qui résonne dans mes têtes à cent reprises, je m'effondre au sol, me tordant de douleur, ne voulant pas croire que cette nouvelle est une vérité, un simple cauchemar qui se déroule.

Moi (en criant): C'est impossible, ce n'est pas vrai, tissue de mensonge, elle ne s'est fait pas kidnappé, nan. (dit-je agenouiller au sol en larme, frappant le sol les mains griffés de bout de verre)
Père (d'un ton rassurant): On va l'as retrouvé et tout va redevenir comme avant, Temperance, je te le promets.
Moi (sanglotant): Tout va rentrer dans l'ordre, tout va rentrer dans l'ordre.

Je me rappel que cette phrase à dut me torturer des jours et des jours, sans arrêt avec l'alerte enlèvement à chaque coin de rue on pouvait voir le visage placardée de ma mère heureuse, chaque pas que je faisait me torturait de plus en plus. Une seule question tourne en boucle en tête: Je vais la retrouvée en vie.. ou morte affalée dans son sang..? Des années se passe sans qu'aucunes nouvelle ne nous parvienne, notre deuil se faisait..




Le second chapitre est assez court, une écriture fine et légère. La page écrite présente quelques mots rayés et des tâches comme si on avait pleurer au dessus des mots écrit.

Chapter II: Le monde où je vis, le faux est roi.

Continuer à espérer après avoir été découragé, stupide.

« Julia Franz, vous rappelez vous d'elle? Cette juge renommée.. disparue il y à deux années de ça.. En ce 10 Octobre 2003, le corps de madame Franz à été retrouvé à vide de toute marque de vie aux alentours du parc de Varsovie, nous présentons nos sincères condoléances à sa famille et à leur proches. »

Le sort s'acharne sur moi de nouveau. Une seconde fois..Une trace d'eau est remarque sur le mot "seconde"
une tornade d'émotions m'envahit de nouveau, alors.. c'est ça que va se dérouler ma vie, je vais perdre espoir puis reprendre le cours de ma vie actuel et être fudroyé de nouveau.. La phrase entière sera barrée, empêchant sa visibilité.

Après deux années, je rencontra un homme résidant au nom « Aleksy Szuyski », c'était un très grand brun aux yeux vert pétillant de bonheur, on ne voit aucunes faille dans son regard, simplement de la joie. D'un caractère joviale et apaisant, je me suis sentie à l'aise assez rapidement avec lui.. Suite à ça, malgré cette douleur que je contiens en moi, je me mit à entretenir une relation avec ce dernier, après une année de relation nous décidons de nous mariés et d'avoir un enfant. Un enfant qui fut un garçon, la vie semblait me sourire de nouveau..On peut voir que les derniers mots semble être rayé de nouveau, de marque de larmes peuvent se faire voir.


Le deuxième chapitre semble s'être finit sur une phrase rayé et non finit par Temperance. Le troisième chapitre commence en finissant la phrase. Une écriture aussi régulière et fine que dans les deux chapitres précédent.

Chapter III: Un bonheur finit en flamme.

Le bonheur est un sentiment futile comme l'espoir.

De nouveau.. la vie me frappe, je me sens comme poignardée.. dans la poitrine, comme mutilés par chaque coup que la vie m'inflige de nouveau. Nous sommes le.. Une marque de sang se fait voir sur la dernière note. 09 Décembre 2005, le jour où j'ai compris que le bonheur n'était juste qu'une illusion parmi tant d'autres.. Je reçu un coup de file d'un numéro inconnu, dans ce coup de file, on m'avoua que mon mari.. avait.. mit fin à ses jours en sautant de l'église de Varsovie .. Une nouvelle qui m transperça de l'intérieur. La dernière phrase sera écrit d'une manière assez grasse.

J'allais avoir un enfant.. Un garçon qui plus est. Le jour d'avant tout se trouvait aussi beau que le paradis et maintenant, il broie du noir jusqu'à la morte, foutaise. Un être humain peut être égoïste jusqu'à la chair de son corps, accordé sa confiance à un être humain, c'est être stupide.



Le quatrième chapitre est écrit d'une écriture légèrement italique, tout autant aussi légère qu'au début. La page entre les deux chapitres semble avoir été arrachée volontairement, des tâches de sang se feront voir sur le chapitre suivant.

Chapter IV: Échouer & se relever sans cesse.

Se marier est aussi futile que de faire confiance à un être.

Mon enfant me contrarie de l'intérieur.. Sentir qu'il va naitre dans un monde où même son père est parti sans un en au revoir.. Sentir que mon mari est là à travers mon enfant, cela me dégoûte à un tel point. Deux questions me pèse.. "Un enfant sans son père doit-être un fardeau à supporter..", "Est-ce sa faute si mon mari à mit fin à sa vie..".. Aucunes réponses ne me parvient. J'ai du reconnaitre le corps avide de mon mari, sa peau blanche, froide comme un glaçon.. Y'à t'il pire événement dans une vie que de perdre la personne qu'on aime? A ce jour-là, je n'avais pas encore de réponse.. Un mois s'est écoulé, j'ai atteint alors mon neuvième mois de grossesse, je me rendit à une clinique médicale de Varsovie.. Je le mit au monde, apaisée et heureuse qu'il soit venu au monde.

Les années s'écoule.. Il grandit, son apparence se m'éprend à celle de son père.. malheureusement. Je suis hantée par mon mari..je peux l'apercevoir.. me tuer de l'intérieur, le voir se laissait tombé dans le vide, sans aucuns regrets d'abandonné les siens.. Imbécile. Mon fils porte le nom.. Kasper (Oskar) Wilska.. Ma tête me questionne sans cesse: "Pourquoi ton mari t'as quitté d'une manière si brutal?".. Tu ne le sauras jamais, dit-elle d'un ton satanique.Une tâche de sang se trouve sur deux-trois mots de la question.Mon âme et ma tête me torturent tandis que Kasper grandit sans aucunes explications.. Comment dire à son fils, que son père était un lâche au point de finir sa vie sans rien. C'est trop cruel à mon goût.


L'écriture du journal n'est plus italique, elle reprend sa courbe droite et légère comme tout les autres chapitres. Certaines lettres se font effacés par l'encre légère.

2010.. 22/07.. Il est.. 18h03. Les feux d'artifices se montrent nombreux dans le ciel, je devrais être là, à les observer en compagnie de mon fils, mais ça se passe autrement pour nous.. Je me met à hurler en m'effondrant sur le trottoir.. Pourquoi suis-je confronter à subir ça.. à répétition.. La scène horrible qui se passe devant moi, me déchire à l'intérieur.. Mon fils.. L'un des seul hommes qui était encore en vie vient de s'éteindre.. Une voiture à pris la vie de mon fils.. La rage et la tristesse m'envahit.. Suis-je condamné à être seule?


Le cinquième chapitre est écrit d'une écriture régulière fine et légère. La page est blanche, marqué par une tâche de café sur les derniers mots de fin du chapitre.

Chapter V: Tradition of service.
Être seule et ne pas être accompagnée.

Des mois se sont écoulés depuis.. son décès.. Je me lamente pas. Je ne pleure pas. Je ne me noie pas dans l'alcool. Rien de tout ça.. rien de ce que la plupart des gens feront après un tel drama.. Non, je me contente de m'assoir chaque matin sur un banc face et revivre la scène sans cesse, mélancolique n'est-ce pas?.. Ça fait cinq mois maintenant, je cesse mes actions.. Je prend une bouffée et prononce la phrase suivante: "Temperance relève-toi et transforme-toi en un autre être humain différent."

Il est tôt, le matin.. Je m'envole.. 08:10.. Mon avion décolle, vole à travers le ciel, je sens les nuages m'observer.. J'ai dépose un Curriculum Vitae pour être.. policière. Pour être une personne détesté par le peuple.. un vœu pour moi. Que personne ne m'accorte d'importance spéciale, que je ne sois qu'une femme parmi la foule. Il est.. 10:43. J'atterris sur l'Aéroport de la Californie.. Un air de renouveau.

J'avance. J'avance sans porter de regard sur les gens. Je ne voudrait pas leur apporté la malchance qui me pèse depuis ma majorité, m'enfin. Être seule à du bon au fond, ni de dispute, ni de perte. Désagréable mais vivable. Je me rend en direction d'un taxi vers le poste qui m'as accueillit.. Le.. CPD (Californie Police Departement). Je patiente à l'intérieur du commissariat, une salle d'attente silencieuse. La pluie tombe dehors, c'est en adéquation avec l'atmosphère. Parfait. Je monte les marches, je me dirige vers un bureau. On m'y accueille, me questionne, j'y répond, je récupère mes affaires et m'en vais. J'inspire; et puis.. "P't-être que le bonheur se trouve ici?" (dit-je ton ironique, accompagné d'un rire nerveux)


(PS: Nous sommes maintenant en 2016.. 5 Janvier 2016: Je suis promue Sergent)


Ce sixième chapitre à une écriture très propre, une écriture légèrement italique au dernières lignes. La page sent légèrement une odeur de monoï, et elle est très soignée. Une photocopie est glissé dans ce chapitre.

Chapter VI: Los Santos.
Naître, vivre, mourir, le cycle de la vie est simple.

« Bonjour jeune citoyens d'Amérique, vous êtes actuellement arrivé à l'Aéroport de la ville américaine de Los Santos. Nous vous invitons donc à vous munir de vos bagages et de rejoindre la terme ferme. En espérant que le voyage vous à plut, un bon séjour vous ait souhaité par notre compagnie aérienne. »

Je soupire. Ça doit être laçant de répéter chaque jour la même phrase, de plus à la hauteur où elle est.. c'est dur de décompresser, m'enfin. Je sors de l'aéroport, je scrute les environs. Calme. La pluie tombe, en pleine nuit noir, un paysage à se morfondre, quant à moi, je souris à la vue de temps météorologique.

Nous sommes à la date du.. 01/08/16, les mois se sont écoulés depuis sa.. mort. Je ne suis plus sergent.. ma carrière à pris fin, à l'heure de mon départ. J'avance de quelques pas, des sirènes résonne au loin, jusqu'à qu'une unité dise: « (Mégaphone): LOS SANTOS POLICE DEPARTEMENT! ARRÊTEZ-VOUS SUR LE BAS CÔTÉ. »

Un sourire s'esquisse sur mon visage. Je vais me plaire dans cette ville, me dis-je. Je m'embarque dans un taxi, je lui dit l'adresse de ma destination. A cette destination, une demeure moderne m'y attend, à mon nom qui plus est. Je sors les clefs.. Les tourne dans la serrure et entre dans cette atmosphère pesante.

Je continue mes pas, jusqu'à m'assoir sur un fauteuil simple. L'intérieur est sombre, une odeur de renfermée et de souffrance se fait sentir dans ma.. maison? Ça me plait. Une maison calme et simple, où le silence règne par dessus tout. Je m'installe comme les autres le feront. Mon téléphone sonne, mon père? Dois-je m'inquiéter d'un coup d'fil, aussi tardif?

(Can't stop the feeling.. ?) Votre téléphone sonne.

Mon père (dit-en polonais): Hey.. ma p'tite puce.
Moi : Hey, papa. Un appel aussi tard de ta part? Hm..
Mon père : Il est tard.. Chez toi, pas ici.. mais c'est pas le sujet que je veux aborder.
Moi : Vient en aux faites alors? (dit-je d'un ton fatigué)
Mon père : J'ai.. vue ta mère ce.. (je le coupa)
Moi : Ne sort pas ce genre d'ânerie.
Mon père : Mais écoute-moi au moins, je l'ai vu, comme je t'entend toi.
Moi : Et moi j'ai vu mon gosse. Foutaise. Autre chose à me dire?
Mon père : Non. (dit-il d'un ton soupirant) Bonne nuit Temperance.
Moi : Hm-hm.

(Bip.. Bip) Fin d'appel avec "Père."

Je raccroche. Un soupir de désespoir résonne dans le salon.. Ma mère hein.. dit-il.. Désespérant, l'alcool fait vraiment devenir con et fou. Dans un autre monde, communiqué avec les morts, serait sans doute possible, mais dans celui-là, j'en doute fortement. Une journée s'achève, une nouvelle vie commence.


avatar
Micheal_Clinford

Messages : 40
Date d'inscription : 06/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonheur & Espoirs superficiels | Temperance Polanski.

Message par Richard Buchanan le Sam 30 Juil - 2:28

Une belle émotion se dégage de ce texte, c'est vraiment plaisant à lire.

______________________________


   FBI 2016 - 2017
avatar
Richard Buchanan

Messages : 1505
Date d'inscription : 05/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonheur & Espoirs superficiels | Temperance Polanski.

Message par Micheal_Clinford le Mar 9 Aoû - 20:53

Je te remercie, c'est plaisant de lire ça aussi.
avatar
Micheal_Clinford

Messages : 40
Date d'inscription : 06/04/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonheur & Espoirs superficiels | Temperance Polanski.

Message par Daniel Macron le Mar 9 Aoû - 22:58

De très beaux chapitres, malgré des fautes qui se répètent mais l'intégralité est intéressante.
avatar
Daniel Macron

Messages : 1586
Date d'inscription : 09/02/2016
Age : 61
Ancien Prenom_Nom : Emmanuel

Second personnage : Brigitte Macron

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bonheur & Espoirs superficiels | Temperance Polanski.

Message par Daquan le Jeu 11 Aoû - 14:28

Pas mal
avatar
Daquan

Messages : 1583
Date d'inscription : 25/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum